Les 15 meilleurs tea time de Paris

85

Un tea time se compose de mets salés et sucrés, ainsi que d’une boisson chaude. Voici nos 15 meilleures adresses parisiennes.

le-meilleur-tea-time-de-paris-maxime-frederic-au-george-v_6130004

« Il est toujours l’heure du thé », écrivait Lewis Carroll. Le tea time n’est pas un « quatre-heures » dans un salon de thé. C’est un service salé et sucré, avec une boisson chaude. Une variante hexagonale existe : le tea time (ou goûter) à la française, composé de sucré uniquement.  

S’il est assez aisé de trouver une adresse parisienne sans prétention pour s’offrir un tea time, les choses se compliquent lorsque l’on recherche un goûter d’exception au meilleur rapport qualité/prix. Effectivement, si l’on n’y prend pas garde, on peut facilement tomber sur des lieux qui proposent un gâteau de la veille accompagné d’un thé industriel trop infusé.  

LIRE AUSSI >> Les 20 chefs pâtissiers à suivre 

Ce classement présente uniquement des endroits proposant une offre sucrée du jour, parfois montée à la minute, et des boissons chaudes sortant des sentiers battus. Si vous hésitez encore à mettre les pieds dans un palace, l’heure du thé peut également être l’occasion de se lancer et de tester un luxe qui reste encore accessible. Même si le tarif est souvent conséquent, vous profiterez d’un service irréprochable doublé d’un cadre et d’une offre gourmande uniques.  

George V

Construit en 1928, le George V est aujourd’hui encore considéré comme l’un des hôtels les plus luxueux du monde. Mais on vient également dans ce palace pour fouler les magnifiques tapis d’époque de la galerie, ornée de tapisseries de type Aubusson et de lustres Murano, et décorée d’un mobilier datant du XIXe siècle. 

Dans ce magnifique endroit, le chef pâtissier Maxime Frédéric et le nouveau chef cuisinier Alan Taudon proposent actuellement le tea time de la capitale où le salé est aussi bon et raffiné que le sucré, une rareté dans le genre. On y retrouve un choix de bouchées recherchées (feuilletée citron vert-king crab, blinis de langoustine, sablé parmesan-truffes noires, blinis saint-jacques-caviar), mais aussi des mini pâtisseries à se damner (religieuse noisette, entremets banane-citron vert, forêt noire, roulé fruits exotiques ou une démoniaque tartelette au chocolat, iyokan et yuzu), sans oublier un choix de gâteaux secs (brioche vanille et fleur d’oranger, cookie noisette et caramel et madeleine au miel) et des scones (nature et fourré à la framboise). 

On peut également se régaler de pâtisseries fraîches classiques en sirotant tranquillement un cocktail au champagne Just For You (champagne, vodka, violette et litchi) avec du piano en fond musical. 

Thé complet George V : de 15h à 18h, gourmandises salées, pâtisserie en version réduite, scones, gâteaux secs et sa boisson chaude, 50 euros. Thé complet à la française, 60 euros. Pâtisserie individuelle, 22 euros. Cakes (2 tranches), 18 euros. 

Site Internet : www.fourseasons.com 

Le Ritz

Confortablement installé dans un profond fauteuil du salon Marcel Proust, on peut prendre tout son temps pour découvrir le thé à la française 100% biscuits secs concocté par le chef pâtissier François Perret.  

Au menu, une farandole de gourmandises d’antan présentée sur un serviteur à pâtisserie : meringue aux pralines roses, florentins, boudoirs, tartes au sucre, barquettes gianduja, madeleines, gâteau roulé, pain tranché aux fèves de cacao sans oublier son cake marbré signature.  

L’offre de thés de Chine vaut également le détour avec des produits tels que le thé blanc « bouquet fleuri » à base de feuilles de thé blanc et d’oeillets rouges ou le thé semi-oxydé signature « Ritzy Earl Grey ». Le chocolat chaud poire « belle Hélène » à déguster comme une gourmandise est aussi un incontournable de l’endroit.  

Quel que soit votre choix, le salon Proust est le lieu idéal pour savourer un goûter aux saveurs de l’enfance au coin d’un (vrai) feu de cheminée. Demandez à vous asseoir dans le fauteuil fétiche de Marcel Proust, où vous pourrez observer toute la salle.  

Thé à la française : composé d’une sélection de petits fours d’antan et autres biscuits de saison accompagné d’une boisson chaude, 68 euros. Le thé Royal accompagné d’une coupe de champagne Ritz réserve Barons de Rothschild ou d’un cocktail signature, 88 euros. Réservation impérative. 

Site Internet :www.ritzparis.com 

Le Meurice

C’est le plus couru des tea times actuels de la capitale, mené par Cédric Grolet, le chef pâtissier avec plus d’un million de suiveurs sur Instagram et meilleur pâtissier de restaurant au monde 2017. Posé dans la salle du Dali, on peut tranquillement admirer la verrière Art nouveau camouflée par la monumentale toile imaginée par Ara Stark. À partir de 15h30, le tea time est servi avec des petits sandwichs salés, des scones et surtout les créations de haut vol de Cédric Grolet et de son adjoint Yohann Caron. 

Difficile aussi de résister à l’appel de la tarte chocolat, du Paris-Brest Coco, de l’éclair amande, de la religieuse café, du Saint-Honoré chocolat ou à une déclinaison de ses incontournables fruits de saison en trompe-l’oeil (citron, pêche, amande, pomme, noisette, poire, etc.). Autres possibilités, les madeleines au miel, les cookies, le kouglof, le gâteau basque ou la brioche au sucre. 

Côté thés, la sélection propose des Mariage Frères, notamment le fameux Marco Polo (thé noir aux mélanges de fruits et fleurs de Chine et du Tibet) ou la très visuelle boule Fleur d’Orient façonnée à la main et longuement parfumée au jasmin. Les férus de chocolat chaud ne rateront pas le chocolat de la Manufacture Alain Ducasse. 

Tea time classique : finger sandwichs, scores maisons, gourmandises et boisson chaude, 65 euros. Pâtisserie seule, 22 euros. Deux scones (avec crème crue fermière et confitures), 15 euros. Thés entre 14 et 18 euros. Réservation fortement conseillée. Il est aussi possible d’acheter certaines créations de Cédric Grolet à la Pâtisserie du Meurice qui se trouve juste à côté de l’hôtel, 6 rue Castiglione, à partir de midi. 

Site Internet :www.dorchestercollection.com 

Shangri-La

Dans cet hôtel 5 étoiles, on retrouve la Bauhinia, la salle du restaurant de cuisine française et sud-est asiatique. La verrière historique des années 1930, réalisée par Maurice Gras, largement inspirée de Gustave Eiffel, donne une allure de jardin d’hiver à cette salle. Il ne reste plus qu’à succomber à l’afternoon tea 100% vegan du talentueux chef pâtissier Michaël Bartocetti. 

LIRE AUSSI >> Pâtisserie vegan, le casse-tête des chefs 

Les différentes créations sucrées de saison proposées sont riches en saveurs et garanties sans aucune protéine animale : calisson amande-orange, mont-blanc marron-cassis, tartelette au chocolat, coque aux noisettes du Piémont, financier, figolu revisité, scones, shortbread… Vous pouvez également manger un des gâteaux -non vegan- du chef, comme la forêt noire, le Paris-cazette ou les tartes de saison. 

En ce qui concerne les thés, ils proviennent du théiculteur récoltant Dilmah, situé au Sri Lanka. On craque pour les grands crus de Ceylan classés selon leur puissance aromatique avec une préférence pour le Ran Watte. 

Afternoon tea 100% vegan : il inclut trois pâtisseries, une sélection de biscuits secs ainsi que des mini-sandwichs salés, des scones et une boisson chaude. Du lundi au vendredi de 15h30 à 17h30 (Afternoon tea) samedi et dimanche de 16h à 17h30 (le gouter), 45 euros par personne (80 euros pour deux). Thés entre 12 et 16 euros. 

Site Internet :www.shangri-la.com 

Le Bristol

Dans la salle du café Antonia, confortablement installé dans des fauteuils de style Louis XVI, on peut observer le tout Paris venir manger une pâtisserie. L’offre de tea time très classique et impressionnante de maîtrise a été composée par le chef pâtissier Julien Alvarez. 

Au menu, un thé complet servi comme à Londres avec scones et petits fours. On peut également choisir dans le chariot à pâtisseries un des nombreux cakes, un gâteau traditionnel monté à la minute (Saint-Honoré, Paris-Brest, éclair, tarte au citron, etc.) ou des muffins aux fruits rouges.  

Des gourmandises à consommer avec des thés Mariage Frères grandes origines comme le fruité Darjeeling Margaret’s Hope ou le Yunnan GFOP Imperial aux saveurs de bois ciré. 

Tea time « Thé complet » : bouchées salées, scores, muffins, sélection de petits four et boisson chaude, 60 euros. Formule thé et pâtisseries, 30 euros. Pâtisserie seule, 22 euros. Cakes, 16 euros. Scones, 16 euros. Sans réservation. 

Site Internet :www.lebristolparis.com 

Plaza Athénée

La lumineuse galerie des Gobelins du palace Plaza Athénée est connue pour ses déjeuners haute couture et son tea time. Au milieu des lustres en platine et d’un décor de rêve, on peut rapidement s’oublier dans les confortables canapés et fauteuils, bercé au son de la harpe.  

C’est Angelo Musa, Meilleur Ouvrier de France et champion du monde de pâtisserie, qui est le créateur de ce goûter servi sur un serviteur muet. On y trouve trois 100% pistache, café et caramel (pâtisserie signature d’Angelo Musa), une sucette chocolat-coco-framboise, un tiramisu, une pâte de fruit roulée à la framboise et guimauve menthe, trois tuiles amandes, un Paris-Brest amande-noisette, une part de cake amande, un Papilio, une merveille citron et une tarte de saison. Côté boisson, on apprécie les thés en vrac de la maison Hédiard, notamment le mélange spécial Plaza (figue, raisin et coing). Seul hic de taille, comme il est impossible de réserver, on n’est pas à l’abri d’une déception. 

Le Goûter d’Angelo Musa : la formule du goûter et sa boisson est servie pour 60 euros par personne entre 14h et 19h. Les fins gourmands peuvent également choisir dans le chariot de dessert un ou plusieurs gâteaux supplémentaires comme le Paris-Brest aux noix de cajou, l’entremets chocolat et mûre, la tarte tatin, la religieuse amande ou le 100% vanille (entre 18 et 20 euros). 

Site Internet:www.dorchestercollection.com 

Park Hyatt Paris-Vendôme

Premier palace contemporain parisien, le Park Hyatt Paris-Vendôme a ouvert ses portes en août 2002. Dans l’atmosphère chaleureuse et intimiste de La Cheminée, le chef pâtissier Jimmy Mornets’est amusé à revisiter le tea time traditionnel à la française. 

À la carte de cette élégante parenthèse, une offre salée originale (terrine d’oeuf de caille, velouté de potimarron, éclats de châtaignes-noisette ; samoussa d’effilochés de canard, foie gras et pomme verte ; cromesquis de champignon aux herbes et avoines), de magnifiques mini-pâtisseries, un marron meringué dans sa bogue, une délicieuse boule de Noël Dulcey pain d’épices, mais aussi le « cadeau » (croustillant maïs, mousse pop-corn, biscuit chocolat), des pancakes caramélisés et des pains de fruits. 

On peut également se laisser tenter par l’un des desserts du chariot comme l’éclair caramel au beurre salé, opaline et fudge, la pannacotta à l’amande et fruits rouges, le galet chocolat et noisettes du Piémont ou le cheesecake mûre-cassis, mousse cheesecake. Côté boisson, on trouve une très intéressante et très complète sélection de thés de la maison Nunshen : le thé blanc Bai Mu Dan ou le thé Oolong Machu Pichu (cannelle, amande, chips de coco et riz soufflé) sont à choisir en priorité. 

Parenthèse à la cheminée : mini-pâtisseries et tartines accompagné d’une boisson chaude (50 euros) avec une coupe de champagne et une boisson chaude (65 euros). Sélection de desserts du chariot : 17 euros. 

Site Internet :http://paris.vendome.hyatt.com 

Peninsula

L’hôtel de luxe Peninsula possède un impeccable « afternoon tea » piloté par le chef pâtissier Dominique Costa, qui a fait ses classes aux côtés des plus grands noms de la pâtisserie hexagonale. L’action se déroule dans la salle à manger du Lobby avec ses hauts plafonds, ses meubles très élégants, ses moulures et ses peintures à la gloire de la Belle Époque.  

Dominique Costa propose un tea time traditionnel maîtrisé avec un assortiment salé assez intéressant (croque-monsieur à la truffe ; pressé de foie gras, pain d’épice, fruit de la passion ; dôme de saumon fumé, pain au maïs), des mini-pâtisseries savoureuses (mini nuage miel/pamplemousse -biscuit Peninsula, orange sanguine, yuzu, sablé amande-, sphère chocolat-dulce de leche-croustillant de sarrasin, poire pochée vanille, café torréfié) mais aussi un cake coco-coeur caramel exotique, un muffin praliné-amande-chocolat, un cookie moelleux chocolat-cacahuète, une madeleine citron-noix de macadamia et autres scones accompagnés d’une boisson chaude. Tout est simple, identifiable et bon. On peut également commander quelques desserts à l’assiette. 

Au niveau des boissons, on trouve une belle sélection de thés Dammann Frères, dont le Ceylan OP supérieur ou le thé vert qu’on peut aussi boire glacé. 

Tea time traditionnel ou tea time revisité avec son thé : 45 euros (55 euros les samedis et dimanches). Dessert à l’assiette, 18 euros.  

Site Internet : http://paris.peninsula.com 

Prince de Galles

L’hôtel Prince de Galles fait parler de lui notamment grâce à son offre gastronomique impulsée par la cheffe Stéphanie Le Quellec. À partir de 15 heures, le chef pâtissier Nicolas Paciello dévoile un tea time particulièrement réussi.  

Dans une salle qui conjugue le style Art déco original et le souffle contemporain des matières et des couleurs, on s’installe dans l’un des canapés moelleux pour débuter par de très fines bouchées salées signées par Stéphanie Le Quellec et des scones accompagnées d’une belle crème, de confiture et de marmelade d’orange.  

Place ensuite à trois pâtisseries signatures de Nicolas Paciello, qui se déclinent en saison, avant de finir en beauté grâce au très généreux chariot de gourmandises de voyage (cake vanille, madeleine, Spritz, palmier, financier, finger cookie chocolat, Mikado ou kouglof). 

Afternoon tea à l’anglaise : 52 euros (par pers), 95 euros (pour deux), entre 15h et 18h. Sélection de cookies (4 pièces),16 euros. Scones (3 pièces), 18 euros. 

Site Internet :www.hotelprincedegalles.fr 

Hôtel de Crillon

L’un des plus anciens et des plus luxueux hôtels du monde a rouvert ses portes en juillet 2017 après plus de quatre ans de travaux de rénovation.  

Conçu comme un salon résidentiel, le Jardin d’hiver est sans doute l’une des plus belles salles pour profiter d’une ambiance cosy et joliment nostalgique. On vient ici déguster le goûter du chef pâtissier Pablo Gicquel. Au menu, le « goûter des Ducs » en trois temps qui rend hommage à Marie-Antoinette avec la Fleur de jasmin (nuage coco parfumé au thé jasmin, mangue parfumée au gingembre, croustillant façon cheesecake), le Chou d’amour (chou vanille, crème diplomate, vanille, praliné vanille), le Mont-Blanc (sablé amande, mousseline marron, poire comice rôties, citron confit), l’Éclat (sablé noisette, crémeux chocolat, chantilly chocolat lait, praliné) ou l’Hématite (douceurs de chocolat et son coeur coulant caramel).  

On peut aussi commander le « goûter des Lords » avec sa bûchette de Noël, ses scones, une sélection de canapés salés et une boisson chaude. Les vegans pourront choisir le « goûter de la Marquise » avec un classique français revisité dans sa version vegan (melba exotique glacée ananas, fruit de la passion, sorbet noix de coco) accompagnée d’une boisson fraîche. L’offre très pointue de thés rares a été sélectionnée par la sommelière spécialisée Lydia Gautier. À noter pour les becs sucrés glacés qu’il existe une offre avec une coupe et une boisson glacées.  

Le moment de détente : 75 euros le « goûter des Duc » en trois temps accompagné d’une bûchette de Noël, d’une boisson chaude et d’une coupe de champagne, 45 euros le goûter glacé de la Marquise. 

Site Internet :www.rosewoodhotels.com/fr/hotel-de-crillon 

Jacques Genin

Installé depuis dix années dans le IIIe arrondissement, Jacques Genin est pâtissier, fondeur en chocolat, caramélier et confiseur. Il possède également un joli salon de thé au décor sobre et brut composé de poutres métalliques, pierres apparentes et canapés en cuir.  

Lorsqu’on arrive à trouver une place pour s’asseoir, on peut sereinement déguster l’un des meilleurs mille-feuilles de Paris monté à la minute, la réputée tarte citron ou alors se laisser aller à commander la pâtisserie du jour, qui varie au gré de l’inspiration du chef et des saisons (tarte au chocolat, Paris-Brest, cheesecake, éclair au caramel, tarte aux pommes, etc.).  

Les pâtisseries traditionnelles de Jacques Genin sont produites au fur et à mesure des commandes dans son laboratoire sis au premier étage avec des matières premières fraîches et minutieusement sélectionnées. Les plus gourmands s’offriront également un assortiment dégustation des extraordinaires pâtes de fruits et caramels. Côté thés, on s’arrêtera volontiers sur la sélection de la Maison des Trois Thés. Le Pu-erh millésime 1998 est une merveille. 

Tarifs : millefeuille vanille, 9 euros. Pâtisserie du jour, 9 euros. Thés, 7 euros. Pâtes de fruits (8 pièces) ou caramel (6 pièces), 7 euros. 

Site internet :www.jacquesgenin.fr 

Angelina

Depuis plus d’un siècle, le salon de thé Angelina appartient à ce cercle très fermé d’adresses incontournables. Le décor dans un style Art déco, conçu par le célèbre architecte de la Belle Époque Édouard-Jean Niermans, mêle élégance et raffinement. Un certain Marcel Proust venait d’ailleurs régulièrement y chercher son inspiration.  

Si la carte d’Angelina est variée, on y vient d’abord pour le Mont-Blanc, le dessert signature dont la recette originale n’a pas varié d’un iota depuis 1903, date de l’ouverture du salon (meringue, chantilly légère et vermicelles de crème de marrons).  

LIRE AUSSI >> 10 pâtisseries signatures incontournables 

Pour l’accompagner, il faut absolument goûter au chocolat chaud à l’ancienne dit « l’Africain », mélange de trois crus issus de différents pays, avec quelques cuillères d’une délicieuse crème fouettée. Or il ne faudrait surtout pas s’arrêter là, car le chef pâtissier Christophe Appert propose également diverses pâtisseries traditionnelles ciselées. L’offre salée de l’endroit est particulièrement large et de qualité pour s’offrir une très belle pause salée/sucrée. Pour éviter au maximum l’attente, venez plutôt le mardi, jour de fermeture du musée du Louvre. 

Tarifs : Mont-Blanc, 9,30 euros. Chocolat chaud l’Africain, 8,20 euros. Pâtisseries entre 7,30 et 9,50 euros. 

Site Internet :www.angelina-paris.fr 

Mandarin Oriental

Niché à deux pas de la place Vendôme, l’hôtel cinq étoiles Mandarin Oriental se distingue par la cuisine renommée du chef doublement étoilé Thierry Marx. Nouveau chef pâtissier de l’endroit, Adrien Bozzolo possède déjà une longue expérience de ce poste. Chaque après-midi, il propose un tea time servi dans le restaurant le Camélia, un vaste endroit baigné de lumière dont on remarque la beauté des sols en pierre naturelle.  

La sélection de finger sandwiches est traditionnelle mais bien menée (concombre, saumon et pastrami). C’est côté sucré que les choses sérieuses commencent avec un assortiment de scones (nature et fourré), un cake à l’huile d’olive et figue, une charlotte aux fraises, une boule gourmande à la myrtille et sablé au charbon végétal, une terrine de fruits rouges espuma à l’hibiscus et un cannelé bordelais. On choisit enfin une pâtisserie dans le cake shop attenant, le saint-honoré maison ou le choux poire-jasmin sont à tester d’urgence.  

Belle carte de thés classiques (noirs, blancs, verts ou bleus), mais aussi une belle offre d’infusions Chic des plantes, dont un très énergisant Elixir (gingembre, combats, feuille d’oranger bigaradier et citron) ou de très étonnant bouillons et infusions salés.  

L’incontournable tea time : avec une boisson chaude, 48 euros. Ou avec une coupe de champagne, 68 euros.  

Site Internet :www.mandarinoriental.fr 

Café Pouchkine

La mythique enseigne franco-russe d’Andrey Dellos a ouvert l’année dernière sur la place de la Madeleine un joli lieu dans une ambiance oscillant entre le XVIIIe siècle (dorures, lambris et stucs) et des touches plus modernes. Sur trois niveaux et 600 mètres carrés, cet établissement à la fois pâtisserie, bar, restaurant et salon de thé est régulièrement pris d’assaut à l’heure du goûter.  

Comme le dit la fameuse chanson de Gilbert Bécaud Nathalie, on se doit d’abord de déguster l’un des chocolats chauds du Café Pouchkine, celui à l’orange par exemple. On pourra également profiter d’une belle sélection des thés de la la maison George Cannon et, côté salé, un afternoon tea classique et moderne à la fois, des piroshkis (petits pains russes fourrés) et autres croques-madame, ainsi que des nombreuses créations sucrées mises au point par le duo Nina Métayer (chef pâtissière de l’année 2016) et Patrick Pailler (ex-Fauchon). Si vous ne connaissez pas encore le Médovic (gâteau au miel, sarrasin et confiture de lait) ou le Napoléon (millefeuille à l’orange), c’est également le moment de combler cette lacune. 

Afternoon tea : Piroshki, champignons et boeuf, accompagnement de salade aux herbes (4 pièces), mini-blini concombre menthe et saumon fumé crème d’aneth (4 pièces), madeleines à la truffe et crème smetana à l’aneth (4 pièces), macarons (4 pièces) et boisson chaude aux choix. Pour 2 personnes, 80 euros. Hors tea time, thés à 6,90 euros et pâtisseries à partir de 7 euros. 

Site Internet :cafe-pouchkine.fr 

Hôtel de Nell

Située au bord des très touristiques Grands Boulevards parisiens, voici une bonne adresse pour déguster tranquillement un excellent goûter. Le décor assez chaleureux se prête bien à une dégustation plaisir, au calme, que ce soit au coin du feu, sous la lumière naturelle de la verrière ou dans l’ambiance plus feutrée de la bibliothèque. Le menu proposé comprend une gourmandise au choix signée Bruno Doucet ou Guy Savoy, des petites madeleines, une boisson chaude et un jus de fruit frais.  

En ce qui concerne les boissons chaudes, l’hôtel propose un large choix de thés (du Palais des thés), des jus de fruits frais, ainsi que l’inimitable chocolat chaud du Nell (chocolat de Tanzanie, vanille bourbon, pralin servi sur mousse de lait).  

Pour accompagner ses boissons, on doit choisir entre les fameuses brioches feuilletées signées Guy Savoy et son chef pâtissier Christian Boudard (nature, praline rose, chocolat gianduja ou gingembre confit et noix de cajou), un impeccable soufflé chaud au Grand Marnier ou un riz au lait, l’un des meilleurs de la capitale, parfumé à la vanille et à napper de caramel au beurre salé. 

Goûter parisien : du mardi au dimanche de 15h à 18h, 25 euros. Ou 40 euros avec une coupe de champagne Gosset rosé extra-dry. 

Site Internet :www.hoteldenell.com 

Et aussi…

Si vous aimez la glace et le chocolat chaud, le Salon de dégustation d’Une Glace à Paris est fait pour vous. C’est le duo Emmanuel Ryon (MOF glacier et champion du monde de pâtisserie) et Olivier Ménard qui est aux commandes de cette charmante boutique. Au programme, un chocolat chaud maison (à choisir parmi une sélection de neuf origines différentes), un morceau de brioche et une boule de glace au choix pour seulement 12,50 euros (15 rue saint Croix de la Bretonnerie , IVe).  

Les budgets beaucoup plus larges se pencheront aussi sur 86Champs, de Pierre Hermé (associé à L’Occitane en Provence). Ce concept-store propose une très belle offre de thés et de café (de l’Arbre à Café) avec des créations sucrées inédites dont un somptueux millefeuille Ispahan monté minute (20 euros) ou une initiation de goût, de textures et de température autour du chocolat pure origine Brésil réalisé à table par un chef pâtissier (50 euros pour deux personnes). Une expérience unique sur la plus belle avenue du monde (86 avenue des Champs-Élysées, VIIIe). 

Comments are closed.